6de49c85f675fbb38017ea8e0aee6ccd XL

Le musée de l'abbaye d'Admont ouvre ses expositions temporaires le 19 mars

Les racines styriennes unissent...

Le musée de l'abbaye d'Admont ouvre ses expositions temporaires le 19 mars

Mercredi 16 mars 2022

Le samedi 19 mars prochain, le musée de l'abbaye d'Admont entamera la saison de cette année avec deux expositions temporaires de haut niveau. Le lien étroit avec la Styrie associe l'art de l'époque gothique à l'art contemporain.

Le musée de l'abbaye d'Admont met le patrimoine culturel styrien sous les feux de la rampe. Et ce, à travers deux expositions. L'année dernière, les deux empereurs "Nous Frédéric III & Maximilien Ier - Leur monde et leur temps" ont déclenché une véritable ruée sur l'exposition temporaire du même nom. "Le grand succès et les nombreuses demandes de prolongation nous ont incités à organiser une nouvelle édition de ce qui est sans doute l'exposition spéciale la plus importante que le Stiftsmuseum ait jamais présentée", explique l'abbé Gerhard Hafner. Les objets exposés provenant de l'abbaye bénédictine d'Admont et de la collection Mayer sont complétés par des prêts provenant de toute l'Autriche, du Tyrol du Sud et d'Allemagne et donnent un aperçu passionnant du monde, de l'époque et de l'environnement des deux personnalités des Habsbourg. La présentation se compose d'une succession de trois salles d'exposition qui mènent à l'empereur Frédéric III trônant. Des portraits expressifs, des peintures sur panneaux et des sculptures, des armes et des armures, des documents somptueux et des sceaux, des plaques mortuaires, des particularités épigraphiques et d'importants manuscrits illustrent la vision du monde, la foi, l'artisanat florissant ainsi que l'art de l'habitat et de la table du 15e siècle et du début du 16e siècle. Un point fort absolu de l'exposition entièrement réorganisée : "La pierre héraldique de Frédéric et de son épouse Eléonore du Portugal", comme l'explique Barbara Eisner-B., car "cette pièce d'exposition datée de 1452 permet de raconter toute l'histoire de la vie de l'empereur", selon la conservatrice. Le lien étroit avec la Styrie se manifeste dans le lieu de la découverte. À l'origine, la pierre héraldique était encastrée dans la maçonnerie du château de Graz et a été transférée au musée universel Joanneum dans la deuxième moitié du 19e siècle. Elle a été conservée et étudiée pour l'exposition temporaire d'Admont. La documentation du projet de recherche est expliquée clairement sur des panneaux et met l'accent sur le thème de l'exposition temporaire de cette année : "Le patrimoine culturel bouge !" Tout comme les panneaux, des stations vidéo d'experts de différents domaines jettent un pont entre la fin du Moyen Âge et les temps modernes. Elles élargissent l'espace de rencontre des objets exposés sélectionnés et permettent de faire un tour d'expérience très spécial.

La Styrie donne l'impulsion

Cette année, la collection d'art contemporain part à la recherche de traces. L'exposition temporaire de cette année, qui remonte à 1997, s'intitule "Racines styriennes". C'est à cette époque que le Stiftsmuseum a commencé à collectionner l'art contemporain de jeunes artistes autrichiens. En 2003, cette nouvelle collection a été présentée pour la première fois au grand public. Déjà à l'époque, il était frappant de constater que nombre de ces œuvres d'art étaient originaires de Styrie. Cette concentration n'a certes jamais été voulue, mais le rôle déjà si important de l'art styrien sur la scène autrichienne et internationale n'est pas le fruit du hasard, selon Braunsteiner. "La Styrie donne depuis des décennies des impulsions importantes dans le domaine des arts plastiques", sait le curateur. Le développement de la Styrie en tant que terre de culture est au cœur de l'exposition spéciale de cette année. Des artistes de renom ayant un lien étroit avec la Styrie confrontent les conditions de leur production artistique dans le passé et le présent et donnent des perspectives d'avenir. Trente courtes vidéos, accessibles au moyen d'un code QR, invitent à se joindre à cette discussion, car "le sujet est dans l'air", comme le souligne Braunsteiner. En tant que propriétaire du musée privé sans doute le plus contrasté d'Autriche, l'abbaye bénédictine d'Admont s'efforce d'assumer sa part dans la production, la perception et la transmission de l'art styrien. Ce n'est pas pour rien que de nombreuses œuvres présentées sont "Made for Admont", car depuis plus de 20 ans, le musée de l'abbaye passe également commande d'œuvres d'art.

L'art au Musée d'histoire naturelle

Le fait que la référence à la Styrie se retrouve cette année comme un fil rouge dans tout le musée est également illustré par les œuvres de l'artiste Nikola Irmer, née en Allemagne et récemment installée à Graz. Ses œuvres sont exposées cette saison au musée d'histoire naturelle et montrent des extraits de collections et de dépôts zoologiques. Celles-ci n'ont certes pas été créées à Admont, mais sont le fruit d'une collaboration avec d'autres musées, notamment à Oxford, Florence, Vienne, Berlin et Leiden. Un futur projet "Made for Admont" en rapport avec la collection de l'établissement est toutefois envisagé.

Des choses de cœur avec une âme

Heribert Friedl a conçu cette année l'espace d'intervention artistique du Kunsthistorisches Museum. L'artiste, né à Feldbach, s'intéresse depuis longtemps aux parfums et à leurs effets. Avec son installation liée à l'espace, il montre comment des informations invisibles inhérentes aux vêtements peuvent évoquer le souvenir d'une personne aimée et décédée. Heribert Friedl parle également du parfum du temps qui s'est exprimé dans ces objets. Dans le contexte de sa confrontation avec le philosophe, spécialiste de la culture et auteur coréen-allemand Byung-Chul Han, il estime que "l'histoire qui s'attache aux choses par un long usage les anime pour en faire des choses du cœur".

Memoria et Message Control

"Pouvoir et nouveaux médias à l'aube des temps modernes" est le titre de l'exposition temporaire de cette année dans la salle des manuscrits. Sa mort et sa postérité ont plus que préoccupé l'empereur Maximilien Ier, c'est pourquoi il a chargé des érudits et des artistes de relater ses exploits en mots et en images. Il a habilement fait emballer des faits historiques dans un habillage fictionnel. C'est ainsi que sont nées, entre autres, les aventures du chevalier Theuerdank et du Freydal, un livre de tournois qui retrace la vie du jeune empereur. Les lettres d'une police de caractères spécialement conçue pour l'occasion, qui ornent le Theuerdank avec de nombreux éléments décoratifs, montrent que Maximilien Ier n'était pas seulement préoccupé par une large reproduction, mais aussi et surtout par la perfection. En outre, l'ouvrage contient de nombreuses gravures sur bois réalisées par des artistes éminents de l'époque.

Heures d'ouverture

Notre musée est ouvert du 19 mars au 30 décembre 2022 ; en

Avril, mai, juin et octobre du mercredi au dimanche : 10h30 à 15h30
Mars, novembre et décembre du vendredi au dimanche : 10h30 à 15h30
Juillet, août et septembre du lundi au dimanche : 09h00 à 17h00