950 ans vivant Monastère

Exposition anniversaire 2024

01 / 04

Exposition anniversaire partie
Ouverture du musée de l'abbaye d'Admont © Sabine Breitfuss ()
Ouverture du musée de l'abbaye d'Admont © Sabine Breitfuss ()
Exposition anniversaire

Admont 1074 - Une incursion dans l'histoire de l'abbaye

Christian Rapp / Alexander Kada

Au printemps 2024, une exposition spéciale sur l'histoire et le développement du monastère sera inaugurée au premier étage du bâtiment du musée. L'exposition représente un voyage à travers près d'un millénaire et présente des objets fascinants, des manuscrits enluminés du Moyen Âge au collage photographique contemporain d'un Lois Renner, des échantillons de charbon de bois au précieux pectoral. 

La diversité des objets suggérait une conception à la fois discrète et soutenante. Le plaisir de la perception doit être au centre de l'attention. Des vitrines de la hauteur de la pièce accueillent des objets spectaculaires, les grands et les petits formats se succèdent, des impressions grand format sur les murs et des stations d'écoute créent une atmosphère et permettent aux visiteurs de se plonger dans différentes époques. Des surfaces métalliques dorées, utilisées à différents endroits, servent à diviser les espaces et les grandes vitrines. "Le beau naît lorsque l'extérieur devient une image de l'intérieur" - cette pensée est emblématique de la conception de l'exposition temporaire. Sans faire d'effort, comme si l'on était poussé par un doux vent arrière, on parcourt l'exposition et on s'étonne toujours. 

Exposition anniversaire
Ouverture du musée de l'abbaye d'Admont © Sabine Breitfuss ()

Nous commençons notre voyage à travers le temps par la fondation de l'abbaye et les légendes qui l'entourent. Chaque époque a réinterprété celles-ci et leurs acteurs centraux. Outre des reproductions librement inventées de la fondatrice Hemma von Gurk et de l'archevêque Gebhard de Salzbourg, on peut voir la reconstitution scientifiquement étayée de la tête de l'archevêque. Nous regardons en quelque sorte Gebhard en face, comme un contemporain. Même si une telle reconstitution ne peut être qu'une approximation, on a l'impression de pouvoir reconnaître dans les traits du visage les pressions psychiques auxquelles l'archevêque a été soumis pendant la querelle des Investitures. Admont, en tant que fondation de Gebhard et monastère fidèle au pape, a été plusieurs fois attaquée et pillée par les ennemis de Salzbourg. Il est important pour nous de présenter le couvent des religieuses fondé en 1121, qui a existé jusqu'au 16ème siècle et qui est bien documenté dans des manuscrits illustrés, des correspondances et des documents. Une autre section de l'exposition est consacrée à la prospérité d'Admont à la fin du Moyen Âge, incarnée par l'œuvre des abbés Irimbert, Henri II et Engelbert. Ils symbolisent les multiples rôles que pouvaient jouer les chefs de monastère dans la science, le clergé, mais aussi la politique : Irimbert était considéré comme un réformateur rigoureux de l'ordre ; Henri II, en tant que greffier, était le plus haut fonctionnaire des finances de Styrie, avant de devenir gouverneur du Land ; l'abbé Engelbert était l'un des plus importants érudits autrichiens de son époque.

Cette époque impressionnante est suivie par la crise de la foi et la Réforme qui, à Admont, ont signifié la fin du monastère de religieuses et ont également menacé le monastère de moines. Cette période bouleversante est présentée à l'aide d'anciens livres imprimés, grâce auxquels la Réforme s'est propagée. Le nouvel essor de l'abbaye pendant la Contre-Réforme est illustré par quelques pièces particulièrement impressionnantes de l'exposition : On peut y voir des pièces d'équipement de la légendaire salle de pierre, de précieux objets sacrés ou de magnifiques parures de l'atelier de Benno Haan.

Suivent les hauts et les bas de l'époque joséphine et napoléonienne ainsi que l'incendie de 1865. Des photos stéréo historiques permettent aux visiteurs de se représenter le "vieil" Admont avant l'incendie ainsi que la reconstruction de l'église. Les grands bouleversements du 20e siècle sont consignés dans des documents, des photos et des lettres, la grave crise économique des années 1930 ainsi que la dissolution et l'expropriation de l'abbaye par les nazis. Les livres de la bibliothèque ont dû être livrés à la Deutsche Versuchsanstalt für Ernährung und Verpflegung, qui était rattachée au camp de concentration de Dachau, ce que l'on peut reconnaître aux tampons correspondants.

En automne 1945, quelques mois après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'abbé Bonifaz Zölß et son couvent revinrent à Admont après leur exil. Après les difficultés du début, une phase de prospérité se dessine dans tous les domaines de la vie de l'abbaye, qui se poursuit pour l'essentiel jusqu'à nos jours. Le calice de Gebhard, créé par le sculpteur Hellmut Gsöllpointner à la fin des années 1950, est exemplaire de cette période de reconstruction. Il a une forme sobre et élégante et contient la figure de Gebhard, reproduite en coupe d'acier d'après une miniature romane de la bibliothèque d'Admont. La section suivante de l'exposition est consacrée à la curiosité scientifique, à la recherche, à la collecte et à la transmission du savoir, illustrées par des livres de la bibliothèque et des objets de la collection d'histoire naturelle. Ils reflètent les vastes intérêts et les passions des Fratres. Les objets phares de ce domaine sont deux globes terrestres qui remontent au géographe et cartographe Gerhard Mercator, considéré comme le fondateur de la cartographie moderne. Une telle paire de globes n'existe plus en Autriche que dans la bibliothèque nationale. Un coup d'œil sur l'histoire de l'école d'Admont montre que le savoir n'a pas seulement été approfondi et multiplié à Admont, mais qu'il a également été transmis, ce qui a commencé dès l'époque de la fondation avec la formation du clergé, mais aussi de garçons issus de la classe laïque. 

La recherche scientifique et l'enseignement, tout comme l'activité pastorale, nécessitent une base économique. C'est ce que raconte une autre section de l'exposition, consacrée aux entreprises économiques historiques et actuelles. Un somptueux urbar de 1443 documente le lien entre la propriété et la domination, tel qu'il était valable jusqu'en 1848. Un deuxième document, dans lequel est consignée la vente d'une propriété, montre que l'abbaye a toujours été obligée de financer les guerres du souverain. Un drapeau de mineur de la fin du 17ème siècle, sur lequel on peut voir des mineurs, ainsi que l'impressionnant tableau de l'intérieur d'une martellerie, peint par Augustin Kurtz-Gallenstein, illustrent les activités minières de l'abbaye d'Admont, qui ont toujours été importantes pour toute la région, qu'il s'agisse de l'extraction du sel au Moyen-Âge, de la fonte du fer au début de l'ère moderne ou de l'exploitation de la magnésite au 20ème siècle. 

La salle d'exposition suivante, consacrée aux thèmes de la mort, de la vie et de la résurrection, offre un tournant vers l'existentiel. L'équipe de conservateurs met ici délibérément en relation des peintures et des gravures baroques avec des travaux artistiques contemporains, comme ceux de Siegfried Anzinger, afin de souligner d'une part la continuité de ce thème existentiel, mais aussi la diversité de ses interprétations. Admont dispose d'une série d'œuvres représentant le processus de la mort, d'objets de commémoration des morts ainsi que de livres contenant des danses macabres.

À la fin de la visite, nous invitons les visiteurs à passer du regard à l'écoute. Quelques morceaux de musique en rapport avec l'abbaye seront joués, mais aussi des textes littéraires écrits sur l'abbaye, notamment par Caroline Pichler, Peter Rosegger, Paula Grogger et Bodo Hell. Au début du 19ème siècle, le naturaliste et écrivain Johann August Schultes a été enthousiasmé par Admont lorsqu'il s'y est arrêté avec quelques compagnons lors de son voyage vers le Grossglockner. Il a failli rester ici, dit-il, retenu comme Ulysse l'avait été par Kirke, parce que chaque fois un autre "objet préféré" - le paysage, la bibliothèque, les fleurs des environs, le son de l'orgue de l'église - retenait ses compagnons de voyage et lui-même. Les musées de l'abbaye, d'art ancien et contemporain ainsi que d'histoire naturelle seraient certainement aujourd'hui pour Schultes et ses compagnons de voyage des objets préférés supplémentaires, que l'exposition du jubilé devrait permettre de découvrir.

 

Catalogue de l'exposition anniversaire en 2024

1074 - Benediktinerstift Admont. 950 Jahre lebiges Kloster, Benediktinerstift Admont (éd.), 10 auteurs, 11 essais, vaste partie d'objets richement illustrée, 196 pages, Vienne : Böhlau Verlag 2024, ISBN : 978-3- 205-21965-1 (print), 978-3-205-21966-8 (e-book).

Pour accompagner l'exposition anniversaire, un catalogue sera publié en 2024 sous forme reliée, ainsi qu'en version ebook. Le catalogue est divisé en deux parties. Dans la partie consacrée aux essais, les questions historiques en rapport avec l'histoire de l'abbaye et les collections de l'abbaye sont abordées et certains thèmes en rapport avec l'exposition sont mis en lumière. La partie consacrée aux objets, très complète et dotée de nombreuses illustrations, dresse la liste des objets d'exposition de grande qualité, dont certains n'ont jamais été présentés et qui proviennent presque entièrement des collections du couvent. En 196 pages, il est ainsi possible de découvrir les 950 ans d'histoire de l'abbaye sous forme de livre, en dehors de la visite de l'exposition.

Catalogue de l'exposition