950 ans vivant Monastère

380 ans du lycée abbatial d'Admont

Stiftsymnasium Admont - photo extérieure © Thomas Sattler

LES CHEMINS DE LA CONNAISSANCE DEPUIS 1644

L'histoire à multiples facettes du Stiftsgymnasium

380 ans du Stiftsgymnasium Admont : la rétrospective de la fondation du lycée par l'abbé Urban Weber incite à célébrer l'année prochaine non seulement le 950e anniversaire de l'abbaye, mais aussi le "rond anniversaire" de l'école. Néanmoins, il suffit de jeter un coup d'œil rapide sur son évolution, marquée par de nombreuses césures, des mouvements ascendants et descendants, pour constater qu'il ne s'agit en aucun cas d'une histoire linéaire de continuité continue.

 

Dans la longue tradition d'érudition du monastère d'Admont, dont la mission éducative remonte à sa fondation, cette période de 380 ans peut à nouveau paraître étonnamment courte. Dès le XIIe siècle, en plus de l'enseignement théologique destiné aux moines, des cours étaient dispensés à certains fils de la noblesse. Des documents datant du 16ème siècle prouvent que l'on s'occupait également de la formation des "chorales" (garçons chanteurs) et des "scholares" (garçons destinés au service inférieur de l'église).
Néanmoins, la fondation du (premier) lycée en 1644 représente un changement de paradigme fondamental dans la tradition scolaire du monastère. Jusqu'alors, les établissements de formation avaient été "tenus en grande partie à cause de l'abbaye" (Lachowitz 1958, p. 4) et orientés en premier lieu vers la relève monastique, l'abbé Urbain fit un pas décisif pour penser la mission de formation de manière encore plus globale : il s'agissait de créer un établissement de formation accessible à tous, au profit de toute la région.
La forme scolaire du lycée signifiait une orientation vers les critères éducatifs des jésuites, les écoles déjà existantes à Graz et Leoben servant de modèle.

Archives de l'abbaye - Bibliothèque de l'abbaye, Cod. 368
Stift Admont - Archives de l'abbaye - Drames scolaires comme le Phénix 1775
Chronique de l'abbaye - Photo de groupe

Au cours des premières années, environ 20 à 30 élèves fréquentaient le lycée d'Admont. Après des agrandissements correspondants, le nombre d'élèves dépassait déjà la centaine au début du 18ème siècle. La création de l'école s'est accompagnée de l'ouverture d'un couvent (internat), mais dès le début, des "externes" pouvaient également fréquenter le lycée. Comme l'éducation était encore un privilège de la noblesse il y a environ 300 ans, les élèves nobles représentaient la grande majorité (78% en 1708). Les autres étaient originaires de la région environnante (principalement de Styrie, quelques-uns de la région de Kirchdorf/Krems). Le programme du lycée, organisé en six niveaux, prévoyait, outre la religion et l'étude approfondie du latin, des mathématiques, de la physique, de la géographie et du grec ancien.
La rhétorique (en tant que discipline du niveau le plus élevé) et le jeu d'acteur, florissant à l'époque baroque, jouissaient en outre d'une importance particulière. Des théâtres richement équipés étaient disponibles pour les représentations. L'évolution vers un établissement d'enseignement prestigieux au XVIIIe siècle a atteint son apogée avec l'octroi du droit de publicité par décret de la cour en 1777. L'école, ainsi élevée au rang de lycée du prince, s'est cependant dirigée quelques années plus tard vers la première ligne de fracture significative de son histoire, provoquée par les restructurations dans le cadre des réformes de Joseph. En 1786, les autorités scolaires ordonnèrent le transfert du lycée d'Admont vers le site du lycée jésuite de Leoben, récemment abandonné, car une école était souhaitée pour la ville de l'évêché. Suite à ce départ forcé, seuls les Petits Chanteurs et un petit nombre d'élèves externes continuèrent à recevoir un enseignement privé à Admont.

Les efforts de l'abbé Gotthard Kugelmayr pour réimplanter le lycée restèrent longtemps sans succès. Au contraire, les bénédictins d'Admont se virent confier une tâche supplémentaire (bien qu'honorable) : conformément à un décret de 1804, une grande partie des postes de professeurs du lycée de Graz devaient également être occupés par des moines d'Admont. Ce n'est que lorsque le lycée de Leoben fut à nouveau supprimé en 1808 que l'abbé Gotthard prit l'initiative de créer dans son abbaye "le plus grand centre scolaire et éducatif de Haute-Styrie et l'un des plus importants du pays en général" (Tomaschek 1983, p. 14). Des enseignants spécialisés et des investissements importants assurèrent la qualité de l'enseignement et permirent à l'école d'obtenir à nouveau le droit de fonctionner en public dès 1812 (peut-être grâce aux bonnes relations de l'abbé avec l'archiduc Johann).
En 1818, une situation économique difficile obligea cependant l'abbé Gotthard à prendre sa retraite, ce qui entraîna la nomination d'un administrateur externe et l'imposition à l'abbaye d'une cure d'austérité qui prévoyait également la (nouvelle) suppression du lycée. Afin d'éviter la fermeture du seul établissement d'enseignement supérieur du nord de la Styrie, le chef-lieu de l'arrondissement de Judenburg intervint et demanda au prince de transférer le lycée d'Admont dans cette ville. La demande de changement de site fut acceptée et l'école commença à fonctionner à Judenburg en 1820.
Même dans cette phase de l'histoire, un petit établissement d'enseignement privé a continué à exister à Admont, qui allait développer une vie propre particulière dans les décennies à venir : ce fut l'ère centenaire de l'Institut des Petits Chanteurs d'Admont. A partir des années 1840, en plus du "Regens Chori", chargé de la formation musicale des garçons chanteurs, généralement au nombre de 5 à 7, d'autres moines furent engagés pour l'enseignement et les tâches administratives. Le nombre d'élèves, complété par quelques externes, s'élevait toujours à une douzaine. L'extension de l'école latine limitée aux classes inférieures (à partir de 1848 "Privatuntergymnasium"), poussée par l'abbé Benno Kreil, connut un nouvel élan avec l'abandon du lycée de Judenburg. L'expertise des enseignants de nouveau disponibles à Admont à partir de 1857 a suscité un regain d'intérêt et une augmentation du nombre d'élèves à environ 30. Au plus tard sous l'abbaye de Karlmann Hieber, élu en 1861, qui avait auparavant travaillé comme directeur à Graz, l'objectif déclaré était probablement de transformer à nouveau l'établissement en un lycée complet. L'incendie catastrophique de 1865, qui détruisit une bonne partie des locaux de l'école et du couvent, fit cependant échouer tous les projets d'extension.

Une fois de plus, la plupart des élèves durent quitter Admont et seuls les Petits Chanteurs restèrent (dans des logements de fortune). On peut parler d'une reprise de l'école et de l'internat à partir de 1870. Sous la direction musicalement exigeante du Révérend Chori P. Marian Berger, le nombre d'élèves retrouva rapidement le niveau d'avant l'incendie. De plus, l'obligation d'envoyer des moines d'Admont au lycée de Graz ayant été levée, un corps enseignant élargi et hautement qualifié était à nouveau disponible. L'abbé Zeno Müller (1869-1885) n'était pas le seul à tenir à la construction du lycée, le père Gabriel Strobl, scientifique exceptionnel, nommé directeur en 1893, s'efforçait lui aussi d'atteindre le plus haut niveau scolaire possible. Cependant, les circonstances extérieures se sont à nouveau opposées à ces efforts.

Vers 1900, l'abbaye commença à connaître un important problème de relève, et le déclenchement de la guerre en 1914 représenta une charge économique massive. Lorsque la situation s'aggrava encore dans les années 1920-21 suite à une série de décès au sein du couvent, la réorientation devenue inévitable créa une nouvelle perspective, notamment pour les agendas scolaires, au milieu de la crise la plus profonde : suite à des correspondances avec le prieuré bénédictin d'Innsbruck-Innrain, sur le point d'être abandonné, certains des moines qui y vivaient envisagèrent de passer à Admont et de remédier ainsi au problème aigu de la relève. Les "bénédictins d'Innrain", qui avaient jusqu'alors dirigé le lycée de Volders et s'étaient entièrement consacrés à la mission pédagogique, ne l'envisageaient toutefois qu'à la condition qu'un lycée complet soit à nouveau établi à Admont.

Le couvent dirigé par l'abbé Oswin Schlammadinger donna son accord et, dès l'automne 1921, la direction de l'école et le projet d'extension furent confiés au père Heinrich Schmaus d'Innsbruck. Après l'agrandissement successif des locaux et du collège (pour la première fois aussi avec des enseignants laïcs), on put demander avec succès en 1926 le droit d'ouverture au public pour le premier cycle, mettant ainsi fin à une période de plus de cent ans pendant laquelle les élèves d'Admont étaient obligés de passer des examens à la fin de l'année scolaire dans des écoles reconnues par l'État (entre autres Seitenstetten, Kremsmünster, Graz, Leoben) afin d'obtenir des certificats juridiquement valables.

Comme il fallait également viser une extension du second cycle, mais que les capacités en termes de locaux et de personnel n'étaient pas suffisantes pour gérer à long terme huit classes d'âge, le concept d'un fonctionnement en alternance a été mis en œuvre : à l'avenir, une première classe ne serait formée qu'une année sur deux, mais les classes d'âge déjà accueillies seraient conduites jusqu'à la maturité. En alternance annuelle, les classes de 1ère, 3ème, 5ème, 7ème ou 2ème, 4ème, 6ème, 8ème étaient donc enseignées. L'introduction du même système à Seckau (à partir de 1934), avec à chaque fois des classes d'âge opposées, a également créé une possibilité d'évitement pour les répétiteurs.

Après l'extension du droit de publicité au niveau secondaire, le premier baccalauréat a été décerné en 1931. Dans les années 1930, le nombre total d'élèves dépassa à nouveau la centaine, mais les conditions scolaires étaient à nouveau favorables en pleine instabilité politique et économique. Après la démission de l'abbé Oswin en 1935, le cours de réforme de l'administrateur et futur abbé P. Bonifaz Zölß, qui était très compétent sur le plan scientifique et un enseignant expérimenté, a stabilisé la situation pendant une courte période.

Avec l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie, l'abbaye et l'école ont cependant connu le tournant le plus marquant de leur histoire. Le lycée a été dissous, les pères ont été retirés de l'école et finalement complètement expulsés du monastère (voir à ce sujet les articles du prieur Maximilian dans les numéros précédents de la PAX). Les ouvrages à contenu chrétien ainsi que les "livres contenant des idées autrichiennes" (Lachowitz 1946, p. 17) furent éliminés des bibliothèques des élèves et des enseignants par les nazis. Une partie des élèves ainsi que certains membres du collège laïc poursuivirent cependant leur carrière à la "Franz-Ebner-Oberschule für Jungen" (école supérieure pour garçons), un établissement d'enseignement d'État, créé en 1938 dans les locaux de l'abbaye et dirigé selon les idées éducatives nationales-socialistes. Lorsque celle-ci fut transformée en "Deutsche Heimschule" en 1942, l'un des anciens professeurs du collège en devint le directeur. Les slogans et chansons nazis, les légendes héroïques allemandes et les exercices militaires faisaient partie du quotidien de l'école, tout comme l'enseignement racial national-socialiste. Parmi les 200 élèves formés à l'école secondaire et à l'école à domicile, il y avait aussi des filles (contrairement à ce qu'indique la désignation) qui avaient probablement reçu l'autorisation de participer aux cours en raison de circonstances individuelles (par exemple la distance jusqu'à l'école supérieure de filles la plus proche). Lorsque la fin de la guerre décida de la dissolution immédiate de l'"école allemande", il ne restait plus qu'une petite partie des élèves à Admont, la plupart ayant été mobilisés depuis longtemps. Les élèves de 1944 et 1945 qui ont obtenu leur maturité ont reçu une "clause de maturité".

Lors du retour des bénédictins d'Admont à l'abbaye, la réinstallation du lycée a été traitée comme une priorité absolue. Grâce aux initiatives de l'abbé Bonifaz et du père Hildebert Tausch, le lycée de l'abbaye d'Admont, l'un des rares établissements privés avec internat, a pu commencer à fonctionner dès l'année scolaire 1945/46 et a bénéficié de tant d'inscriptions qu'un grand nombre d'élèves ont dû être refusés. L'année scolaire ne commença que le 3 novembre 1945, après un retard imprévu dû à l'évacuation de 58 lits conventuels par les forces d'occupation britanniques. Comme dans de nombreux domaines, il fallut d'abord trouver une solution de fortune. Outre l'acquisition de matériel pédagogique et l'aménagement des locaux, l'un des principaux défis de l'après-guerre consistait à réparer les dommages causés par l'éducation nazie. Certes, selon le rapport du directeur, le père Engelbert Lachowitz, le comportement politique des élèves ne laissait plus percevoir d'influences nazies, mais il fallait compenser, outre un besoin de rattrapage considérable dans les langues classiques, l'aliénation des traditions ecclésiastiques dans les rangs des anciens élèves du foyer. L'alternance entre la 1ère et la 3e classe ayant été rétablie en 1945, une classe d'âge se présenta pour la première fois au baccalauréat en 1951. Durant la première décennie d'après-guerre, l'école connut à nouveau un essor rapide. L'abbé Bonifaz s'est montré très soucieux de doter l'école et le couvent d'un équipement moderne et convivial. Au début des années 1960, Grete Straka, la première femme, fit son entrée dans le corps enseignant, mais l'ouverture de l'école aux filles se fit attendre encore dix ans.

Dans le cadre des préparatifs du 900e anniversaire de l'abbaye, l'agrandissement complet du lycée a finalement été entrepris il y a cinquante ans : Sous l'abbé Koloman Holzinger et (son futur successeur) le directeur P. Benedikt Schlömicher, un nouveau bâtiment scolaire séparé a été construit dans les années 1972-1976 afin de garantir la capacité d'accueil annuelle des premières classes. Ce "cadeau d'anniversaire pour la population d'Admont et des environs" (Neubauer 1983, p. 5) fut si bien accueilli qu'en 1972/73, deux premières classes furent admises, dont pour la première fois des filles.
L'école, qui fonctionne à plein régime depuis 1978/79 avec huit classes d'âge, a ensuite connu plus de deux décennies de croissance continue, atteignant un maximum de 777 élèves en 1999. Avec le nouveau millénaire, les chiffres ont cependant commencé à baisser. Au cours des deux dernières années scolaires, le lycée a accueilli pour la première fois moins de 500 élèves.
Dès l'année scolaire 1988/89, le nombre d'élèves féminines par rapport à leurs collègues masculins avait dépassé la barre des 50%, et depuis, il est resté stable entre 55% et 60%. Depuis les années 1970, on assiste en outre à une forte évolution de la zone de recrutement, directement liée au développement du Konvikt : Alors que dans les années d'après-guerre, le Konvikt accueillait encore 80% des élèves et que ce nombre s'était stabilisé autour de 60-70% jusqu'en 1972, il n'hébergeait déjà plus qu'un cinquième des élèves en 1982/83 et a finalement été appelé à disparaître en 1995. En raison du nombre croissant d'élèves venant des localités environnantes, le lycée s'est progressivement transformé en école locale pour le district de Liezen et a connu depuis les années 1990 une affluence croissante en provenance du district de Kirchdorf. Aujourd'hui, la proportion d'élèves originaires de Haute-Autriche s'élève déjà à 30%.

Après de nouvelles extensions, les ailes les plus récentes du bâtiment ont été inaugurées à l'automne 2004, sous la direction du premier directeur laïc, Josef Marte. La rénovation générale entamée dix ans plus tard, qui a finalement donné au bâtiment scolaire son aspect actuel, entièrement rénové à l'extérieur comme à l'intérieur, et son équipement technique moderne, a eu lieu en préparation du 375e anniversaire célébré il y a cinq ans.

La diversité actuelle de l'offre scolaire doit être considérée comme une évolution extrêmement récente à la lumière de la tradition séculaire. Avec l'année scolaire 1985/86, une autre voie de formation, aujourd'hui déjà profondément ancrée dans l'identité de l'école, a été proposée pour la première fois en plus du gymnase avec le latin au niveau inférieur : Dans le Realgymnasium artistique, des heures supplémentaires sont consacrées à l'éducation musicale, à l'enseignement instrumental et au chant choral. Les sciences naturelles, également un pilier essentiel du profil de l'école, ont reçu leur propre branche dans le cadre des restructurations du début des années 2000 : le Realgymnasium avec approfondissement en géométrie, laboratoire et informatique fête actuellement son 20e anniversaire - tout comme l'option de choisir l'italien au gymnase (de langues) à partir de la 3e. En revanche, l'enseignement du grec ancien a dû être supprimé de l'offre à partir de l'année scolaire 2008/09.

Bibliographie (sélection)
Krause, Adalbert. 1946. "Die Benediktiner von Admont in Schule und Unterricht" (Les bénédictins d'Admont à l'école et dans l'enseignement) in Rapport annuel du lycée abbatial d'Admont 1945/46, 3-12.
Lachowitz, Engelbert. 1946. "Das Stiftsgymnasium Admont im Wiederaufbau" (Le collège d'Admont en pleine reconstruction) In Rapport annuel du collège d'Admont 1945/46, 13-18.
Lachowitz, Engelbert. 1958. "Un catalogue du lycée datant de 1708 et des notes sur l'histoire de l'ancien lycée abbatial d'Admont". In Rapport annuel du lycée abbatial d'Admont 1957/58, 3-12.
Lachowitz, Engelbert. 1959. "Notes sur l'histoire du lycée abbatial d'Admont. IIe partie (1777-1938). In Rapport annuel du Stiftsgymnasium Admont 1957/58, 3-14.
Marte, Josef. 2004. "Organisation scolaire - un aperçu". In Rapport annuel du Stiftsgymnasium Admont 2003/04, 17.
Nouveau constructeur, Remigius. 1983. "Zum Geleit" In Rapport annuel du lycée abbatial d'Admont, année scolaire 1982/83, 5-7.
Schamberger, Florentin. 2022. Das Stiftsgymnasium Admont 1938-1945. Stiftsgymnasium Admont : travail pré-scientifique.
Tomaschek, Johann. 1983. "Du Sängerknabeninstitut au Stiftsgymnasium : contributions à la préhistoire et à l'histoire du Stiftsgymnasium Admont. 1ère partie : l'histoire du Sängerknabeninstitut de 1820 à 1865". In Rapport annuel du Stiftsgymnasium Admont, année scolaire 1982/83, 13-21.
Tomaschek, Johann. 1984. "Du Sängerknabeninstitut au Stiftsgymnasium : contributions à la préhistoire et à l'histoire ancienne du Stiftsgymnasium Admont. 2ème partie : L'histoire de l'Institut des Petits Chanteurs de 1870 à 1920". In Rapport annuel du Stiftsgymnasium Admont, année scolaire 1983/84, 11-21.
Tomaschek, Johann. 1985. "Du Sängerknabeninstitut au Stiftsgymnasium : contributions à la préhistoire et à l'histoire ancienne du Stiftsgymnasium Admont. 3ème partie : L'histoire de la fondation du "nouveau" Stiftsgymnasium (1921-1931)". In Rapport annuel du Stiftsgymnasium Admont, année scolaire 1984/85, 28-40.
Wichner, Jakob. 1880. Histoire de l'abbaye bénédictine d'Admont de l'année 1466 jusqu'à nos jours. Vol. IV. Graz : Auto-édition de l'auteur.

Stiftsgymnasium Admont - Enfants en classe© Thomas Sattler
Stiftsgymnasium Admont - Enfants en cours de musique © Thomas Sattler
Stiftsgymnasium Admont - Enfant sur un mur d'escalade © Thomas Sattler
Stiftsgymnasium Admont - Pèlerinage de fin de scolarité
Stiftsgymnasium Admont Pèlerinage de fin d'études

Les élèves suivent donc, à partir de la 5e année, soit le français, soit la forme abrégée du latin comme autre langue étrangère et peuvent, grâce au système de cours de niveau supérieur mis en place en 2006/07 avec de nombreux cours à thèmes variables, mettre l'accent sur leurs centres d'intérêt. L'offre de formation variée du Stiftsgymnasium doit offrir aux élèves les meilleures conditions possibles pour l'épanouissement de leurs talents. La réussite d'innombrables diplômés en musique, en mathématiques et en langues confirme depuis de nombreuses années l'efficacité de cette exigence pédagogique.

Pourtant, le regard sur l'histoire ne doit pas se limiter à ouvrir les chapitres glorieux. Ce sont justement les moments douloureux qui restent profondément gravés dans la mémoire. On n'a pas oublié cette année scolaire, il y a vingt ans, au cours de laquelle la communauté scolaire a été ébranlée par deux suicides d'élèves en l'espace de quelques mois. La douleur, la stupeur et le sentiment d'échec sont devenus un fardeau encore plus lourd en raison de l'attention accrue du public. Le suicide d'une élève, il y a quinze ans, a de nouveau laissé une blessure profonde chez les élèves et les enseignants.

Les chapitres honteux ne doivent pas non plus être tournés, aucune chape de silence ne doit être jetée sur la longue histoire des châtiments corporels, qui ne doit pas être enjolivée, qui jette une ombre sur le passé de nombreuses écoles (monastiques) et internats et qui a été de plus en plus thématisée publiquement ces derniers temps. Ce qui pouvait encore être considéré comme une mesure éducative dans les années 1960 doit être condamné avec la plus grande fermeté du point de vue actuel. Dans un établissement d'enseignement ouvert et tourné vers l'avenir, le premier commandement doit être de nommer les délits et les erreurs en tant que tels et de s'efforcer de les rendre transparents et de les expliquer.

Cette maxime doit être respectée non seulement par responsabilité envers les élèves, mais aussi par respect pour tous les enseignants, dont le travail de qualité permet chaque année d'annoncer tant de choses dont l'école peut être fière. Les excellentes performances des élèves lors des concours, des manifestations sportives, des spectacles et des concerts parlent d'elles-mêmes, mais une attention particulière est également accordée aux activités et aux projets qui, outre l'acquisition de connaissances, contribuent à renforcer la communauté scolaire. Afin de pouvoir continuer à remplir sa mission éducative séculaire, l'école s'efforce de se développer à la pointe du progrès. Une vaste offensive de numérisation et une organisation du fonctionnement de l'école plus respectueuse du climat sont les objectifs clés des années à venir - afin que l'histoire du Stiftsgymnasium puisse encore s'écrire pendant de nombreuses décennies.